Sans aucun doute, le chien le plus dangereux qu’un dresseur professionnel puisse rencontrer est le chien atteint du «syndrome de la rage». Permettez-moi d’abord d’avertir le lecteur de ne pas sauter à la conclusion que votre chien a le «syndrome de la rage» s’il montre une dominance simple et prévisible ou une agression liée à la douleur. Cela n’impliquerait en aucun cas que le chien souffre du «syndrome de la rage». Cette condition est en fait très rare et rarement vue. En 28 ans de formation d’environ 700 à 1000 chiens par an, je n’ai été témoin du véritable «syndrome de la rage» qu’une douzaine de fois. En utilisant ces types de chiffres, on peut voir à quel point ce trouble est vraiment rare. Ayant déclaré ce fait, ce trouble de par sa «  nature même, est le plus dangereux

de tous les problèmes qu’un entraîneur ou un propriétaire peut rencontrer avec un chien.

Un exemple typique est un Terre-Neuve de 200 livres qui nous a été apporté pour être formé il y a dix ans.

« Samson » avait été acheté comme un chiot mignon et câlin par un membre de l’équipage d’un navire spécialisé dans la sortie de groupes religieux et de collégiens pour des croisières de week-end dans un port local. La race avait été sélectionnée pour sa réputation d’excellents chiens de sauvetage aquatique. Tout se passait comme prévu lors des excursions du week-end jusqu’à ce que Samson ait un an. Le propriétaire a remarqué que lors d’un week-end, une pom-pom girl avait commencé à applaudir le voyage et le chien est devenu soudainement extrêmement agressif envers elle. Heureusement, le chien était tenu en laisse et retenu.

Le propriétaire avait qualifié l’incident de malentendu de la part des chiens envers les filles

langage corporel et voix forte. Il nous a amené le chien après le prochain incident dans lequel le chien

après un voyage similaire, avait marché sur la planche du gang avec deux filles qui le caressaient et lui montraient de l’affection. Il a expliqué que les petits amis des filles s’étaient présentés et que lorsque les filles sont allées partir, le chien s’était précipité vers l’une des jambes de la fille avec une bouche ouverte et un grognement. L’un des petits amis voyant cela avait donné un coup de pied au chien à la tête. Le chien s’est ensuite retourné et a attrapé le petit ami par la jambe en le traînant au sol. Le propriétaire a expliqué cela en disant: «si j’étais frappé à la tête, je le mordrais aussi».

Samson s’est présenté à la consultation avec une queue qui remuait et avait des baisers baveux pour tout le monde.

Il était conforme au commandement et à la correction et recherchait des éloges et de l’attention. Il était très à l’aise dans sa propre peau et ne montrait aucun signe de timidité ou d’agression. Il a été enregistré

pour l’entraînement et ses dix premiers jours se sont déroulés sans accroc. Samson a volontiers appris toutes ses commandes, y compris la commande down. La commande vers le bas est généralement celle qui sera difficile si la domination est un facteur car les chiens verront que c’est un défi et une position subordonnée. Samson était plus que disposé à se soumettre à la formation et il appréciait les louanges qui accompagnaient un travail bien fait.

Le dixième jour, les techniciens de l’élevage nettoyaient les chenils et déplaçaient les chiens au besoin pour les désinfecter. Quand ils sont arrivés au chenil de Samson, une des filles est entrée dans son chenil avec une laisse précipitée

et lui a fait une boucle pour le déplacer vers un autre chenil. Il marchait joyeusement en remuant la queue. Quand elle

arrivé à la piste propre où elle allait le mettre il a reculé. Elle était entrée dans le chenil et s’était tournée vers lui en lui disant « viens mon garçon. Laisse aller » d’un ton élogieux aigu. La prochaine chose qu’elle savait qu’il était sur elle. Il l’a jetée au sol et l’a attrapée par la jambe, la traînant au fond de la course tout en la secouant. L’autre Kennel Tech a rapporté que cela ressemblait à une attaque de grizzli.

Elle criait et il la secouait. L’autre fille avait la présence d’esprit et le courage d’entrer dans le chenil et de coller le tuyau qu’elle lavait avec le nez du chien pour le faire libérer.

Il était tellement obsédé par sa victime que lorsqu’elle a été relâchée et a couru vers la porte pour s’échapper, il a couru juste devant la fille avec le tuyau et l’a attrapée à la porte. Il l’attrapa par l’autre jambe et tira alors qu’elle s’accrochait à la porte. Elle a été soulevée couchée dans les airs. La deuxième fille a ensuite poussé le tuyau dans son nez, ce qui leur a donné de précieuses secondes pour s’échapper.

Le Kennel Tech a été emmené aux urgences où le médecin a signalé que les blessures à ses jambes, bien que graves, avaient été miraculeusement placées dans un endroit où il n’y aurait pas de dommages permanents. C’est le pire scénario auquel un entraîneur puisse faire face. Normalement, vous pouvez juger un chien par le comportement qu’il présente lors d’une consultation ainsi que par les informations que vous obtenez du client. Dans ce cas, le client avait expliqué l’agression et, avec le recul, avait probablement caché d’autres informations.

Malheureusement, la rétention d’informations est tout à fait courante lorsqu’un client consulte un formateur. L’excuse habituelle pour cela est qu’ils ne veulent pas porter préjudice au dresseur contre le chien. Le résultat malheureux de cela peut mettre le personnel en danger.

Dans un autre cas encore, nous avons vu Doberman d’une femme de onze mois l’attaquer sous nos yeux. Il l’a jetée au sol et a commencé à la mordre dans la zone de sa cage thoracique. Quand nous sommes venus

à sa rescousse, nous avons été mordus à plusieurs reprises en train de la sauver. Malheureusement, après que le chien ait été mis en sécurité dans une cage (après que nous ayons été mordus à trois reprises neuf fois), elle est partie en disant que son mari devrait prendre la décision finale sur ce qui est arrivé au chien. Plutôt que d’emmener le chien chez un neurologue comme nous l’avions suggéré, elle l’a laissé avec un groupe de sauvetage Doberman. Dans ce cas, le soulagement de leur conscience en ne mettant pas le chien à terre met en danger d’autres personnes sans méfiance.

Ceci est un exemple de ce qu’il ne faut PAS faire.

Le «syndrome de la rage» est en fait une crise d’épilepsie dans le lobe émotionnel du cerveau du chien. Comme les autres formes d’épilepsie (motrice ou comportementale), le chien se comporte normalement 98% du temps. C’est le 2%

c’est le problème. Cela peut arriver dans n’importe quelle race de chien. Je l’ai vu à ce jour dans un Labrador Retriever: Golden Retriever, German Shepherd, Belgian Malinois, Mixed Breed, le Doberman et Newfoundland susmentionnés, et environ une demi-douzaine de Springer Spaniels. Oui, j’ai dit Springer Spaniels. Cette condition est assez courante dans la race pour être communément appelée « Springer Rage ». Les Springers ont plus d’une prédisposition génétique à cette condition pour une raison quelconque que les autres races. Encore une fois, je dois souligner que c’est extrêmement rare et donc simplement parce que vous avez un Springer Spaniel, vous ne devriez jamais supposer que cette condition sera automatiquement un problème.

Comme d’autres formes d’épilepsie, cette affection peut être traitée avec du phénobarbital qui a pour effet de réduire les crises dans le cerveau. Le problème évident dans le cas du «syndrome de la rage» est que même une occurrence est une de trop, et donc les chiens diagnostiqués avec cette condition sont généralement mis à terre. Les enjeux étant si élevés, il est recommandé de solliciter au moins deux avis avant de poser un diagnostic. Le meilleur avis professionnel que vous puissiez obtenir est un neurologue. Votre vétérinaire peut vous donner son avis, ainsi qu’une référence. Dans le cas d’un client avec un Springer Spaniel, le propriétaire a été honnête avec nous et a expliqué que son vétérinaire avait suggéré que le chien soit abattu. Elle a déclaré qu’elle serait plus à l’aise si nous acceptions d’évaluer le chien et de lui donner un deuxième avis. Dans ce cas, nous avons pris le chien en observation. Il a fallu environ une semaine pour voir le chien normalement doux voler dans une rage meurtrière sans raison apparente. Le chien reviendrait alors dans un état normal sans souvenir apparent de ses actions. Malheureusement, nous avons dû convenir avec le vétérinaire des propriétaires que le chien devait être euthanasié.

Cette condition est également étudiée chez l’homme. Presque toutes les conditions qui peuvent être trouvées dans le cerveau d’un chien peuvent être trouvées chez un être humain. Ces tests peuvent un jour expliquer certains comportements criminels chez les humains. Les symptômes de cette condition sont:

* Une agression inexplicable qui sort de nulle part.

* Agression qui ne semble pas liée à la domination.

* Un changement marqué dans les yeux du chien, grognements et grognements, se précipitant.

* Le chien semble abandonner le comportement aussi soudainement qu’il s’est produit.

* Le chien ne semble pas se souvenir du comportement agressif précédent.

* Moment imprévisible de l’agression.

Que faire si vous pensez que votre chien souffre du «syndrome de la rage»

* N’essayez pas de le diagnostiquer vous-même. Les propriétaires se trompent souvent sur les causes de l’agression.

* Recherchez au moins deux avis professionnels (vétérinaires et formateurs) Au moins un vétérinaire.

* Donnez à vos conseillers professionnels tous les faits auxquels vous pouvez penser. Ne cachez pas les informations!

* Ne mettez pas les autres en danger. Si vous pensez que votre chien a le «syndrome de la rage», ne le laissez pas avec

les enfants. Éloignez-le de toutes les situations où il peut nuire à quiconque.

* Ne trouvez pas d’excuses pour un comportement qui vous effraie ou effraie les autres. Avoir peur de votre chien devrait être

le premier indicateur que l’aide professionnelle doit être recherchée pour le diagnostic et / ou le traitement.

Pour plus d’informations sur le «syndrome de la rage» ainsi que sur d’autres causes d’agression, je vous suggère de lire Dog Training 101-The Book That Puts In Control. Vous pouvez trouver ce livre sur mon site Web à: http://www.K-9Companions.com


Source by Karen Duet


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *