Si vous êtes nouveau dans le e-learning, vous cherchez probablement un processus simple pour produire vos modules. La réalité est que chacun suit sa propre méthode et que selon les paramètres du projet (sa taille, son budget alloué, le temps qu’il doit consacrer et le nombre d’acteurs impliqués, par exemple) le processus peut varier. Voici un processus qui fonctionne bien pour moi et qui peut être facilement adapté à vos besoins.

Étape 1: discuter avec le client

Lorsque vous démarrez un projet e-learning, vous commencez à identifier pourquoi le client (interne ou externe) souhaite développer le (s) module (s). Souvent, la décision de développer la formation est prise pour résoudre un problème de performance. Dans certains cas, la préparation n’est pas la solution la plus appropriée. Mais avouons-leanalyse des besoins a révélé une lacune qui peut être comblée par un module d’apprentissage en ligne.

Parlez à votre client pour définir les paramètres du projet, c’est-à-dire:

  • objectifs
  • budget
  • les outils et logiciels qui seront utilisés
  • le programme (aperçu)
  • cycles de vérification et de validation (nombre de cycles, personnes impliquées et leurs rôles)
  • charte graphique à respecter
  • méthode de distribution (via un LMS ou sur votre site intranet par exemple)

À ce stade, vous pouvez également demander à votre client de vous donner accès à tout le contenu existant sur le sujet du module, afin d’avoir un point de départ. Si votre client ne comprend pas le sujet, vous devez lui demander de vous contacter un expert en affaires (ou PME) qui pourra répondre à toutes vos questions de contenu.

Étape 2: collecte et organisation du contenu

S’il existe du contenu, l’étape suivante consiste à trier tout ce dont vous disposez. Le but étant Contenu « écrémé » pour ne garder que l’essentiel.

Sinon, vous devez rechercher et écrire le contenu vous-même. Si vous avez la possibilité de travailler en étroite collaboration avec la PME, profitez-en pour obtenir autant d’informations que possible. Voici un article qui vous donnera des conseils pratiques pour une collaboration réussie avec votre PME.

Chaque projet d’apprentissage en ligne est unique, mais pour la plupart, l’objectif est le même: apprendre de nouvelles connaissances ou compétences qui permettront à l’étudiant de mieux fonctionner. Par conséquent, lors de la collecte et du tri du contenu, concentrez-vous sur des actions concrètes qui permettront aux apprenants d’atteindre cet objectif et de choisir le contenu en conséquence.

Découpez ensuite le contenu en petits morceaux, qui sont plus faciles à appréhender, à comprendre et à présenter dans un ordre logique (en savoir plus). ici). Utilisez EMS si vous avez besoin de clarifications ou d’explications supplémentaires sur le contenu ou le flux des concepts présentés.

À ce stade, vous pouvez commencer à penser aux éléments multimédias dont vous avez besoin (images, vidéos, etc.). Ne passez pas des heures d’affilée à trouver l’image ou la vidéo parfaite, mais vous avez une idée générale de ce que les mots peuvent illustrer.

Étape 3: Développer le script

Selon les outils dont vous disposez et la demande des clients, le storyboard peut prendre différentes formes. Personnellement, je préfère développer mon script directement dans l’outil de création que j’utilise, c’est à dire L’histoire 360 ou Rise 360. Par conséquent, le résultat est plus un prototype qu’un storyboard, en réalité. Vous pouvez en savoir plus sur la différence entre ces deux livraisons ici. Cette méthode me permet non seulement de gagner du temps lors de l’édition, car tout le contenu est déjà dans l’outil, mais elle me permet également de vérifier le flux des séquences de diapositives et d’apporter des modifications si nécessaire.

Pour le moment, n’essayez pas de vous occuper du design visuel. Il vous suffit de configurer la structure, le contenu et la navigation du module. Tout au plus, vous pouvez suggérer un emplacement pour le logo (le cas échéant). Sur chaque diapositive, placez le texte qui sera affiché à l’écran et des photos ou vidéos temporaires ou une description des éléments multimédias. Dans la zone de commentaire, saisissez le texte des instructions de voix off et de prononciation.

Si vous n’êtes pas le seul à éditer ou à intégrer le module, assurez-vous d’inclure suffisamment de détails dans le storyboard pour permettre à l’intégrateur de monter le module comme vous l’avez imaginé. Par exemple, décrivez le déroulement de chaque diapositive, y compris l’ordre d’apparition des objets, les animations, le fonctionnement des éléments interactifs, etc.

Voici deux modèles Storyline 360 ​​que vous pouvez utiliser comme base pour les storyboards:

En développant un storyboard détaillé, vous pouvez éviter de nombreuses erreurs qui pourraient vous faire perdre votre temps. Si à la fin d’un montage vous vous êtes déjà rendu compte qu’il manquait un bouton de navigation sur toutes vos diapositives, vous savez de quoi je parle! Pour plus de conseils sur le storyboard, voir cet article.

Étape 4: corriger et modifier le graphique

Une fois que vous avez terminé le storyboard interactif (c’est-à-dire la navigation opérationnelle), publiez-le et envoyez-le à un collègue pour examen, avant de l’envoyer au client et à l’expert métier. Lors de la soumission, assurez-vous que la conception visuelle n’est pas finalisée afin qu’ils se concentrent uniquement sur le contenu.

merci 360 avis, il est plus facile que jamais de partager votre module avec différents réviseurs. Sélectionnez simplement Review 360 lors de la publication sur Storyline 360, puis copiez le lien généré automatiquement et envoyez-le aux réviseurs, afin que vous puissiez afficher le module. Vos réviseurs peuvent ensuite ajouter leurs commentaires dans la zone de commentaire à côté des diapositives au fur et à mesure de leur progression dans le module. Si un commentaire n’est pas clair, vous pouvez y répondre en demandant des éclaircissements. La revue 360 ​​enverra un e-mail au réviseur pour lui faire savoir que vous avez répondu à ses commentaires et peut poursuivre la discussion si nécessaire. Et comme tous les commentaires sont faits dans leur contexte, tout le monde est sur la même page.

Après avoir appliqué les modifications, vous pouvez résoudre les commentaires et publier le module mis à jour. De plus, Review 360 rappelle les anciennes versions de votre module, tout en fournissant la nouvelle version via le même lien. C’est tellement simple!

Vous devrez peut-être effectuer plusieurs cycles de correction avant d’atteindre le storyboard final, ce qui peut être frustrant. Mais gardez à l’esprit que, grâce aux commentaires, nous vous offrons le résultat final ne sera que meilleur. Vous voulez plus de conseils pour simplifier votre processus de correction? Découvrez ces ressources.

Étape 5: monter le module

Une fois le contenu et la navigation finalisés, il est temps de vider votre esprit créatif et de vous occuper du multimédia et du formatage! Trouvez les bonnes images et illustrations, pensez aux couleurs et aux polices qui amélioreront le contenu.

Si vous utilisez un outil comme celui-ci Rise 360vous n’avez pas à vous soucier du design. Grâce à son interface moderne et raffinée, vos modules seront toujours pris en charge. Et tout cela automatiquement: il vous suffit de saisir le contenu! Et tout le monde se demandera comment vous avez réussi à créer quelque chose d’aussi professionnel en si peu de temps.

Si vous utilisez un outil créatif basé sur des diapositives comme Storyline 360, voici quelques conseils pour un design élégant et moderne:

  • Laissez un espace blanc (ou négatif) pour éviter de surcharger les lames.
  • Limitez-vous à une ou deux polices différentes pour chaque module.
  • Limitez jusqu’à trois couleurs dans un module.
  • Placez les boutons et les liens au même endroit sur chaque diapositive.
  • Utilisez toujours des images pertinentes, pas seulement esthétiques.
  • Choisissez une illustration ou un style de photo et utilisez-le dans son ensemble.

Ces conseils de base vous aideront à créer un module visuellement attrayant. Si vous n’êtes pas sûr de vos compétences en conception graphique, ne vous inquiétez pas! Bibliothèque de contenu 360 est là pour vous aider. Avec des centaines de modèles de diapositives et plus de 5 millions de ressources graphiques (images, illustrations, photos, etc.), vous trouverez ce que vous recherchez. Pour plus de conseils graphiques, voir ces ressources.

Étape 6: phase de contrôle qualité et de test

Maintenant que vous avez assemblé votre module, il est temps de lancer, non? Ce n’est pas si rapide. Avant de distribuer votre module, il est essentiel que vous effectuiez des tests pour vous assurer que tout fonctionne comme prévu.

Dans la mesure du possible, impliquez quelques personnes extérieures (collègues qui n’étaient pas impliqués dans le projet, par exemple) dans cette phase de contrôle qualité, car ils remarquent souvent des choses que vous n’avez pas vues. Par exemple: machines à écrire, objets mal alignés, instructions de navigation manquantes ou peu claires, etc. Ces retours permettent une manière plus qualitative de naviguer plus facilement.

Tout cela pour vous rappeler de ne pas négliger cette phase du projet, même si vous vous précipitez pour la remettre entre les mains des étudiants. Prenez le temps de le relire de A à Z et assurez-vous de trouver tous les problèmes de cohérence visuelle, les éventuels hyperliens cassés et les fautes d’orthographe et de grammaire, etc.

Idéalement, après cette première phase de test interne, vous devriez demander à un groupe d’apprenants de tester le module pendant que vous les observez. En les regardant, vous pourrez voir s’il y a des endroits où la navigation peut ne pas être aussi claire que vous le pensiez ou s’il y a des exercices plus difficiles que prévu. Cela vous permettra de personnaliser le module pour un meilleur résultat final. consulter cet article pour des conseils de contrôle qualité plus pratiques.

Étape 7: Publication et diffusion

Maintenant que votre module est terminé, il ne vous reste plus qu’à le publier et à le distribuer. Pour choisir les paramètres de publication appropriés, vous devez savoir comment vos apprenants auront accès. Dans certains cas, vous pouvez simplement rendre votre module disponible sur un intranet ou un site Web et envoyer le lien aux apprenants. Voici un article ce qui explique comment cela se fait.

Si vous voulez pouvoir suivre les activités des stagiaires (leur score, le temps passé dans le mode, etc.), vous devrez abandonner un LMS et expliquez aux apprenants comment y accéder.

La production d’un module d’apprentissage en ligne peut sembler intimidante pour quelqu’un qui ne l’a jamais fait, mais j’espère que ce processus vous donnera les bases dont vous avez besoin pour y arriver!

Suivez-vous un processus comme le mien pour produire vos modules e-learning? Ou avez-vous créé un autre processus qui fonctionne bien pour vous? Dites-le nous dans les commentaires!

Et n’oubliez pas de nous suivre nervosité et de abonnez-vous au blog ne pas manquer de conseils professionnels sur tout ce qui touche à l’e-learning.


Avec ces outils, vous allez pouvoir facilement :
– Créer et effectuer grossir votre liste e-mail.
– Créer des pages de captures, des pop-ups et des formulaires que l’on insérer sur son plateforme internet pour collecter des e-mails.
– Créer des souterrain de ventes pas mal facilement. On peut modifier le tunnel de vente aisément en déplaçant les pages du tunnel.
– Créer et héberger des composition numériques. Cours sur internet en vidéo, ebook… Vous pouvez héberger vos élaboration gratuites tel que payantes sur votre compte.
– Vendre des articles physiques. Tout se connecte pour envoyer votre produit au client.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *