Le retard dans l’octroi de subventions pour les différents maillons de la chaîne laitière va mal pour les éleveurs et les collecteurs de lait qui tirent des balles rouges sur le gouvernement. Ils sont désespérés de voir leur situation matérielle et professionnelle s’améliorer. Pire encore, l’industrie se meurt lentement …

Boubaker Mehri, président de l’Union nationale de l’industrie laitière, et Hamda El Ifi, présidente de l’Union nationale des centres de collecte de lait sous Utica, mettent fin à la politique de mort lente de l’État de l’ensemble de l’industrie laitière depuis 2015.

La presse a contacté Boubaker Mehri pour revenir sur les sources du conflit entre agriculteurs, maillon faible de la chaîne de production et des services chargés de l’agriculture et de l’élevage. Dans un premier temps, Utica a signé un protocole d’accord signé en avril 2019 avec trois ministères, à savoir l’Agriculture, le Commerce et l’Industrie, pour sortir des sentiers battus et lancer une nouvelle approche.

M. Mehri a expliqué: «L’ambition est d’augmenter le nombre de bovins en Tunisie et de cesser d’utiliser des vaches importées. Nous devons également revoir les prix et plus encore. « 

Conformément à ces aspirations non satisfaites pour le moment, l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) demande l’octroi urgent de la subvention de fonctionnement au profit des producteurs de lait. en mars, avril, mai 2020. Couvre le stockage du lait par les collecteurs de lait au cours du quatrième trimestre de 2019 et du premier trimestre de 2020.

En l’absence de toute interaction positive formelle et de l’impasse dans la conclusion d’un accord avec les parties gouvernementales sur le paiement des subventions susmentionnées à leurs bénéficiaires, la Fédération tunisienne de l’industrie, du commerce et des industries traditionnelles a annoncé l’incapacité des autorités compétentes à respecter leurs engagements. par rapport aux éleveurs.

A partir du 1er juillet 2020, la cessation d’activité dans le système laitier sera le résultat de cette situation inextricable et invincible pour les éleveurs qui ne voient plus le bout du tunnel. Ces représentants accusent le parti gouvernemental de l’effondrement du système de production laitière. Mais aussi sur ce qui pourrait être la situation dans le secteur laitier plus tard. Préoccupé? Une politique excessivement subventionnée, qui a atteint ses limites.

400 millions de dinars par an de subventions!

La chaîne de production laitière bénéficie de subventions à tous les niveaux: subventions de fonctionnement, de collecte et de stockage. Trois subventions subventionnées par l’État qui paient pas moins de 350 à 400 millions de dinars par an pour le célèbre produit blanc crème. La subvention de fonctionnement, qui était de 335 millions, est passée à 420 millions ou 85 millions de plus, qui ont été injectés par l’État l’année dernière pour maintenir un équilibre sur le prix d’un litre de lait demi-écrémé subventionné.

Le hic dans tout cela pour M. Mehri est que le prix de vente 2015 n’a pas augmenté d’un millier et est resté à 1,20 D par litre de lait demi-écrémé, source de tension. L’une de ces subventions était inexistante en 2010, admet Mehri, ajoutant que «37,5% du prix de vente est financé par des subventions publiques au bénéfice du consommateur! « 

Un prix relativement bas pour le prix du lait demi-écrémé en Tunisie, l’un des plus bas au monde et qui irrite au plus haut point notre interlocuteur, qui s’étonne de cette spécificité tunisienne. « Dans les pays voisins, les prix sont beaucoup plus élevés. Au Maroc, le prix du lait demi-écrémé est de 3 dinars, en Algérie de 2 dinars et en Libye de 2,5 dinars ».

Une situation absurde, selon Mehri, qui la considère comme une mauvaise politique de subvention de l’Etat. « 250 millions de dinars par an sont injectés sous forme de subventions de fonctionnement, soit 20 millions de dinars par mois. En outre, l’État subventionne le lait réfrigéré dans les centres de collecte et le lait reçu et transporté vers les usines, soit un volume de 900 millions de litres subventionné à raison de 115 millions de litres par litre et une subvention annuelle supplémentaire pour la collecte. 90 millions de dinars! La subvention de stockage est de 20 millions de dinars ou 50 millimètres par litre de lait stocké. Un lamentable gaspillage qui ne couvre pas les besoins des 12% de pauvres éleveurs. Nous avons besoin d’une subvention ciblée pour les agriculteurs en particulier. « 

Avertissement Utica

Dans un communiqué, Utica a mis en garde mardi dernier contre la suspension totale de l’activité dans le secteur laitier, compte tenu de l’incapacité des professionnels travaillant dans les deux domaines de la collecte et de la production de lait, d’honorer leurs engagements envers les agriculteurs, duet 1euh Juillet 2020. L’organisation d’employeurs estime que «le gouvernement doit assumer la responsabilité de l’effondrement de l’industrie laitière». Elle a rappelé, par exemple, que la Chambre nationale des producteurs de lait avait tenu plusieurs réunions avec les ministres des finances, du commerce, de l’industrie et de l’agriculture en vue d’une intervention urgente pour le paiement des primes de fonctionnement. , stockage, collecte … au profit des professionnels travaillant dans les différents maillons de ce secteur, mais le gouvernement n’a pas donné suite à ces réclamations. En conséquence, a-t-elle ajouté, les producteurs laitiers se sont retrouvés dans l’incapacité de payer les quantités de lait frais qu’ils ont reçues, d’une part, d’autant plus que la prime d’exploitation de 420 millions / litre ne représente que 37,5% du le prix de vente du lait produit.

Il est à noter qu’Utica tiendra prochainement une conférence de presse conjointe avec Utap sur les questions laitières. L’avenir de ce dernier reste en suspens, pour l’instant, seuls trois grands groupes opèrent avec des reines complètes. L’entreprise nationale basée à Sidi Bou Ali, le pilote du secteur laitier tunisien, qui a fermé ses portes l’an dernier, va-t-elle reprendre ses activités à la lumière de l’actualité? Une hypothèse que notre interlocuteur rejette en bloc, qui considère que nous sommes loin de la référence dans la perspective d’un avenir meilleur pour toutes les activités.

Avec ces outils, vous allez pouvoir :
– Créer et composer grossir votre liste e-mail.
– Créer des pages de captures, des pop-ups et des formulaires que l’on peut affilier sur son site internet pour collecter des e-mails.
– Créer des souterrain de ventes très facilement. On peut modifier le tunnel de vente aisément en déplaçant les pages du tunnel.
– Créer et héberger des genèse numériques. Cours sur internet en vidéo, ebook… Vous pouvez héberger vos élaboration gratuites tel que payantes sur votre compte.
– Vendre des articles physiques. Tout se connecte automatiquement pour envoyer votre produit d’or client.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *